Portrait de Maker #73 : Antoine Crisias

Designer et expert de l’impression 3D, Antoine Crisias est créatif. En 2015 il fonde 3DPOP et se lance dans l’impression en 3D de trophées d’exception sur mesure. Aujourd’hui, Antoine conçoit et fabrique des objets de décoration au design épuré et aux formes élégantes et sort La Collection Lanterne qui consiste en 6 lampes de table de 27cm de haut, arborant chacune un motif différent.

Qui êtes-vous ?

Je suis Antoine CRISIAS, Designer, fraîchement 29 ans, originaire de la région parisienne, de laquelle je me suis détaché il y a quelque temps pour développer mes projets en plein cœur de Nantes.

Diplômé de design en 2014 à Strate (École de Design à Sèvres), vous êtes un spécialiste de l’impression 3D et le fondateur de 3DPOP. Quel a été votre parcours et d’où vous vient cet intérêt pour l’impression 3D ?

En 2014, mon cursus à Strate était intitulé Maquette et Sculpture Numérique. J’ai donc abordé deux aspects de la conception : La Maquette Physique, soit le développement de l’observation et l’appréhension des volumes pour pouvoir reproduire à l’identique et à échelle réduite tout objet en cours de création et la Modélisation Numérique (CAO) pour pouvoir transformer un dessin ou une idée en objet exploitable (Rendu visuel 3D, Plan de forme, motion Design, Impression 3D, Fraisage numérique…).

En sortant de Strate, impossible de conjuguer ces deux métiers. La passion pour la Maquette physique ne coïncidait pas avec les opportunités professionnelles que je rencontre en début de carrière et la modélisation numérique ne constitue pas une passion suffisamment grande pour en faire un métier exclusif. Je décide alors de m’intéresser à l’impression 3D qui est un savant mélange de physiques et de numérique. Depuis, on ne se quitte plus 🙂

3DPOP impression 3D est spécialisé dans l’impression de trophées d’exception sur mesure. Comment est née l’idée d’un tel projet et à qui sont destinés vos trophées ?

C’est fin 2014, lors d’un de mes premiers emplois dans un FabLab parisien que j’ai appris à me servir de l’impression 3D à dépôt de fil sur une Makerbot Replicator 2 (seuls les vrais savent !). Le potentiel d’une imprimante 3D est immédiatement tangible quand on sait faire de la CAO.

J’ai alors proposé à une connaissance qui travaillait dans une agence de communication parisienne une solution à ses clients en recherche perpétuelle d’innovation, de dynamisme et d’unicité : des trophées imprimés en 3D totalement sur mesure. La graine plantée, elle prend et je quitte mon poste dans ce FabLab parisien. L’idée se concrétise avec la marque Courir, puis avec Go Sport, qui me permettent d’acheter mes premières machines… 3DPOP est né en mars 2015.

Les grandes entreprises sont très friandes du travail de 3DPOP. Elles organisent tout au long de l’année toutes sortes d’événements en interne ou en externe. Elles ont besoin de surprendre leur audience par tous les moyens. Lors d’une remise de prix, le trophée, véritable totem porteur de l’essence des valeurs d’une entreprise, est la touche finale pour un événement à la communication réussie. Il ne doit pas être laissé au hasard.

En parallèle de 3DPOP impression 3D, vous concevez et fabriquez des objets de décoration au design épuré et aux formes élégantes avec 3DPOP STUDIO. Quel est le secret pour concevoir et imprimer un objet de qualité ?

Merci pour les compliments !

Depuis mes toutes premières heures d’impression, je rêve d’une boutique physique arborant de multiples créations d’objets design à destination des particuliers (avec un atelier juste derrière…). En 2020, la très mauvaise santé du secteur de l’événementiel a failli faire apparaître des toiles d’araignées sur les imprimantes de l’atelier. Cela m’a permis de prendre du temps pour développer ce projet 3DPOP STUDIO.

Mon expérience en impression 3D à dépôt de fil m’a permis de créer des objets design en parfaite adéquation avec ce procédé de création.

Le secret ? Il y en a plusieurs : savoir écouter sa machine, repousser les limites du slicer (il faut parfois faire de belles gymnastiques sur les réglages), penser impression 3D dès le premier trait de crayon.

Ce procédé apporte quand même son lot de contraintes propre à celui-ci qui oblige à penser le design autrement.

Quelles machines utilisez-vous et pourquoi celles-ci ?

Dès 2015, j’ai eu la chance de pouvoir me procurer la Rolce des imprimantes 3D à dépôt de fil : L’Ultimaker 2. Aujourd’hui, j’en ai 4 et je connais parfaitement bien cette machine qui se targuait déjà en 2015 d’être l’une des plus fiables et qui bénéficiait d’une gigantesque communauté (c’est le plus important quand on débute à mon sens). Aujourd’hui, de nombreuses marques se sont invitées à la fête (et tant mieux) pour faire progresser le procédé et pour faire baisser drastiquement les prix d’achat, à l’image de Prusa, Raise3D, Creality… J’ai d’ailleurs reçu il y a quelques mois une Creality CR10S Pro V2 pour bénéficier d’un volume plus grand. Très bonne machine, je conseille.

Quel est votre produit phare et où peut-on se le procurer ?

J’ai plein de projets ! Et comme je suis un éternel insatisfait et que le temps me manque, je n’ai pour l’instant qu’une seule collection en vente : La Collection Lanterne, 6 lampes de table de 27cm de haut, arborant chacune un motif différent, impossible à réaliser avec un autre procédé que l’impression 3D… J’ai une petite préférence pour le MODELE.H 🙂

Mais il y a d’autres merveilles à venir sous peu !

Sur quoi travaillez-vous en ce moment et quels sont vos objectifs pour les mois à venir ?

Aujourd’hui, je travaille naturellement sur l’élargissement de la gamme de luminaires proposée par 3DPOP STUDIO : suspensions, appliques, veilleuses. J’ai aussi d’autres projets n’incluant pas forcément de source lumineuse, mais toujours entièrement imprimée en 3D.

Et il faut malgré tout se tenir prêt quand l’événementiel se réveillera.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Makeme
Logo
Reset Password
%d blogueurs aiment cette page :