Portrait de Maker #105 : Jean-Marc Pachot

Maker depuis toujours, chef de projet industriel, autodidacte passionné par les nouvelles technologies et inventeur à ses heures perdues, Jean-Marc Pachot porte un intérêt particulier pour le plastique et le recyclage. En 2015, il se lance dans la fabrication d’une machine à extruder du filament pour imprimantes 3D : ECOset. Aujourd’hui, après 21 salons et 327550 visiteurs qui ont permis la découverte du projet, ECOset fabrique et commercialise ses machines. Avis à tous les utilisateurs qui souhaitent recycler le plastique, cette machine est incroyable !

Qui es-tu ?

Chef de projet industriel et inventeur à mes heures perdues… Profondément Maker depuis mon plus jeune âge je n’arrête pas de fabriquer, réparer, transformer, détourner, recycler toutes sortes de choses ou de matières.

Autodidacte je suis passionné par les nouvelles technologies. Rien n’est impossible, et patience et détermination font plus que force et rage.

Créé en 2015 d’un projet écocitoyen, ECOset fabrique et commercialise aujourd’hui des machines à extruder du filament pour imprimantes 3D. Quel a été ton parcours et d’où te vient cet intérêt pour le recyclage du plastique ?

Oui, ECOset est né d’un projet écocitoyen sur le recyclage du Polyéthylène et de l’impression 3D.

Quand je me suis lancé dans l’impression 3D, j’ai rapidement vu l’étendue des déchets générés par ce mode de production. Et un soir tranquillement en regardant un reportage sur la pollution plastique, sur ce monstre de plastique qu’est le 7ème continent, une étincelle m’a traversé l’esprit. Imprimer un plastique 100% recyclable en état.

Comme un pari et un défi un peu fou je me suis lancé dans l’aventure.

De par mon métier, le monde de la plasturgie ne m’est pas inconnu et le choix s’est porté inévitablement sur le Polyéthylène PE & Polyéthylène Haute densité PEHD. Le PE(4) et le PEHD(2) sont des plastiques alimentaires résistant aux agents chimiques, et présentant une excellente tenue mécanique. Facilement identifiables par un logo en relief, ils se trouvent en grande quantité dans nos déchets ménagers, notamment sous la forme de bouteilles et de bouchons.

Sur le web quelques essais d’impression avec cette matière montraient la difficulté d’adhérence du Polyéthylène au plateau de l’imprimante et son fort warping (gauchissement des pièces).

Mon premier extrudeur a été développé pour recycler bouteilles de lait et bouchons issus de notre consommation quotidienne
et ainsi de les transformer en fils Ø 3 mm. Ce fil m’a permis de lancer les tests d’impression et d’établir une technique d’impression de cette matière réputée difficilement imprimable.

La boucle étais bouclée ; je recycle mes propres déchets ménagers, j’imprime de nouveaux objets, je recycle mes résidus d’impression. Mais je ne voulais pas en rester là !

Lors du premier salon Maker DIY à PARIS, j’étais présent avec cette première machine pour y présenter le recyclage individuel DIY. Depuis je n’ai pas arrêté de partager avec le public ma passion pour le plastique et le recyclage individuel. 21 salons, 327550 visiteurs ont permis la découverte du recyclage et des machines ECOset.

Avais-tu des connaissances dans le domaine de l’impression 3D et des extrudeurs avant de te lancer dans cette aventure entrepreneuriale ?

J’étais déjà familiarisé avec l’impression 3D avec le prototypage industriel rapide par frittage et résine polyjet, mais aucunement en impression à dépôt de fils FDM que j’ai découvert en fabriquant ma première imprimante à l’aide de fichiers STL téléchargés.

Concernant les extrudeurs pas spécialement. Ayant plutôt baigné dans l’injection plastique on reste sur un principe similaire.

Ma première extrudeuse était assez simple : un motoréducteur, des engrenages, un tube acier, un foret, un fer a souder 220V et un arduino micro pour piloter l’ensemble. Plusieurs versions ont vu le jour depuis, perfectionnées au fur et à mesure. Des heures de R&D à travailler sur le design, l’encombrement, le poids, le bruit, la consommation électrique etc…

Les machines ECOset sont évolutives. Peux-tu nous les présenter en détail ainsi que leurs fonctionnalités ?

Mon idée était d’avoir un extrudeur de table aux dimensions réduites 52x27x28cm pour un poids < 10 Kg où viennent se greffer tous les éléments (chariot, enrouleur, broyeur, accessoires).

Les machines ECOset3.0, EC30E, EC302E, EC30BEE sont effectivement évolutives et laissent à chacun un champ d’exploitation.

EC30E est composé de l’Extrudeur. Produire soi-même un fil de qualité avec des granulés plastique en ABS, ASA, PE, PEHD, PETG, PLA, PLA, TPU…

EC302E est composé de l’Extrudeur & Enrouleur qui enroule proprement le fil produit sur une bobine (tout type de marque).

EC30BEE est composé de l’Extrudeur & Enrouleur & Broyeur qui recycle les chutes (Ø3mm maxi) de fil ou lamelles de plastique en granulés.

EC30BEE2 est composé de l’Extrudeur & Enrouleur & Broyeur & Trémie 1000cm3 & Bloc 1/4 de tour qui protège de la poussière
la matière première, permet un contrôle visuel et est interchangeable et démontable.

Certains éléments sont issus directement des imprimantes 3D, moteurs NEMA17, carte ramps, carte arduino, écran LCD20x4, etc… L’ensemble des pièces mécaniques est réalisé par impression 3D FDM en ABS. ECOset3.0 possède des buses interchangeables Ø1.75, Ø2.85, Ø3mm. Le pilotage machine se fait par un programme Gcode en lecture sur une carte mémoire SD.

Confronté à des utilisateurs ne connaissant pas la programmation j’ai développé un outil nommé Gcode Creator 3.0. Celui-ci prend en charge les caractéristiques techniques des matières plastiques ainsi que les différentes caractéristiques des bobines
usuel pour générer automatiquement le programme de pilotage machine.

Reste à l’utilisateur d’ajuster les vitesses moteurs et la température afin d’optimiser l’extrusion du plastique.

À qui sont-elles destinées ?

Aux associations, Fablabs, Recycleries, Établissements scolaires ou universitaires ou dans le cadre d’ateliers participatifs ou pédagogiques.

Professionnels de la plasturgie comme machine de laboratoire pour des tests d’échantillon matière.

Peut-on recycler tous les plastiques avec les machines ECOset ?

Oui bien sûr, la taille du copeau ou granulé doit être de Ø3mm maxi, mais attention au recyclage, car recycler un plastique dégrade ses performances mécaniques.

Généralement en plasturgie on recycle toujours avec un pourcentage de plastique neuf pour des applications bien particulières non soumises à l’effort mécanique. Ce pourcentage varie d’un plastique à l’autre. Concernant le PE & PEHD 100% recyclables en état, ce plastique est souple, il plie mais ne rompt pas.

Quels sont les critères pour fabriquer un filament de qualité ?

Il faut bien calibrer le plastique et l’extruder à la bonne température, l’étirer convenablement et lui laisser le temps de se refroidir à coeur. Si toutes ces conditions sont réunies, la précision au diamètre peut atteindre 0.002 mm constant. Tous les plastiques vont avoir un comportement différent au refroidissement ou à l’extrusion.

Même matière, même couleur, fabricant différent, comportement différent.

Le plastique est une matière vivante demandant une adaptation constante. ECOset3.0 peut produire pendant 2 jours non-stop une bobine de fil de qualité en consommant – de 1 euro en électricité.

Comment peut-on se procurer une machine ECOset ?

Une seul adresse !

ecosetmachine@gmail.com

Site internet
Facebook

Quelles sont les ambitions pour ECOset ?

Transmettre, partager et accompagner les clients ECOset dans leur démarche d’animation d’ateliers DIY autour du recyclage.

Je souhaiterais contribuer à ma façon à cette nécessité de préserver la planète.

Jean-Marc Méléard
Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Makeme
Logo
Register New Account
Reset Password
%d blogueurs aiment cette page :
Shopping cart